Les Jeux franco-canadiens de la communication dévoilent leur nouveau terrain de Jeux

Montréal, le 8 septembre 2020 – Pour la 25e édition des Jeux franco-canadiens de la communication (JDLC), le comité organisateur a redoublé d’efforts pour adapter son offre. Le site web de l’organisation affiche désormais les épreuves proposées et les valeurs qu’elle défend cette année.

La prochaine édition, qui se tiendra du 3 au 7 mars 2021, doit normalement se tenir à Montréal. Les prochains mois seront déterminants pour la tenue de l’événement qui, comme tous les autres, dépend des consignes émises par le gouvernement et la santé publique. Que l’événement soit en présentiel complet, partiel, en numérique, ou qu’il soit reporté de quelques semaines, les JDLC se tiendront et ils permettront, une fois de plus, à la relève d’apprendre, de se réaliser et de se dépasser.

Des épreuves et une façon de faire repensées

« Rien, même pas une pandémie, ne devrait être un frein à l’éducation. Pour cette raison, on a revu chacune de nos épreuves afin que celles-ci puissent facilement s’adapter à la forme que prendra cette 25e édition des JDLC.  »

Catherine Foisy, coprésidente du comité organisateur de la 25e édition des JDLC

Au nombre de 13, les épreuves proposées par le comité organisateur permettront à 35 personnes par université participante de se projeter dans leur métier de rêve, tout en apprenant des meilleures et des meilleurs du milieu à travers des Master class organisées en cours d’année. L’offre de cette année combine à la fois des épreuves qui ont fait leurs preuves ainsi que des toutes nouvelles. Du côté des épreuves phares, on retrouve Bulletin de nouvelles, Production radio, Production vidéo, Sport, Art oratoire, Création événementielle, Création publicitaire et Late-night américain. À celles-ci s’ajoutent les épreuves Marque employeur, Projet d’information numérique, Communications publiques, Radiothéâtre et Conception télé.

« Les JDLC ont 25 ans cette année. Je pense qu’on peut dire en toute humilité que leur réputation n’est plus à faire. Cela ne veut cependant pas dire qu’on ne peut pas se réinventer ou se réaffirmer, surtout dans le contexte actuel. C’est ce qu’on a fait en mettant de l’avant nos valeurs, qui, loin d’être des paroles en l’air, viennent toutes accompagnées d’engagements clairs. »

– Sony Carpentier, coprésident du comité organisateur de la 25e édition des JDLC

Six valeurs et six engagements

L’inclusion, le respect de l’autre, l’équité, le professionnalisme, le plaisir et la fierté sont les six valeurs que défend le comité organisateur actuellement en place.  C’est entre autres en devenant l’une des premières compétitions universitaires au monde à se doter d’une politique de rédaction épicène, en offrant aux participantes et participants de toutes les universités des Master class, en choisissant des partenaires qui pourront offrir des stages à cette relève, mais également en s’entourant d’organisations qui pourront donner des séances d’information et de sensibilisation aux délégations inscrites que le comité organisateur souhaite faire vivre ces valeurs au cours des prochains mois.

Même si ces prochains mois seront déterminants pour la forme que prendra la compétition universitaire, l’objectif du comité organisateur demeure clair : il souhaite offrir à la relève en communication une expérience inclusive, sécuritaire et plus formatrice que jamais. C’est ce qu’il a réitéré en lançant son nouveau site web et en dévoilant son terrain de Jeux le 8 septembre 2020.

À propos des Jeux franco-canadiens de la communication

Depuis 1996, les Jeux franco-canadiens de la communication rassemblent les universitaires pendant 4 jours de compétition où elles et ils sont appelés à mettre à profit leur compétences dans une épreuve spécifique reliée à la communication. De par ce qu’ils sont, les JDLC visent à réduire l’écart entre la théorie et la pratique en permettant aux futurs professionnels et professionnelles des communications de se dépasser en apprenant les rouages du métier de leur choix. La 25e édition est prévue du 3 au 7 mars 2021, à Montréal.

-30-